Vous trouvez, vous gagnez !
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.
Accueil Blog Emploi en France : ce qui change en 2016

Publié le 3 janvier 2016

Emploi en France : ce qui change en 2016

Emploi en France : ce qui change en 2016

Le 1er janvier apporte chaque année son lot de nouveautés dans les milieux du social, emploi, tarifs de produits de la vie courante… Voici ce qui change au 1er janvier 2016 dans l’entreprise.

 

 

La prime d’activité pour les travailleurs modestes

 

La prime d’activité remplace désormais la prime pour l’emploi (PPE) et le RSA. Elle s’adresse aux salariés ou travailleurs indépendants de plus de 18 ans dont le salaire ne dépasse pas les 1500 euros nets par mois. Les étudiants salariés et les apprentis peuvent également en bénéficier, sous certaines conditions.

Plus d’1,5 millions de connexions ont été comptabilisées dans les 24 premières heures de l’outil de simulation de la prime mis en place par la Caisse d’Assurance Maladie (CAF).

 

 

Une faible augmentation du Smic

 

Le salaire minimal horaire est, comme tous les ans, revalorisé, et passe de 9,61 euros à 9,67 euros, soit une simple augmentation réglementaire de 0,6%. Cette année, pas de coup de pouce de l’Etat donc, contrairement à 2012 par exemple, où suite à l’élection de François Hollande à la présidence de la République, le Smic avait été exceptionnellement augmenté de 2%.

Le montant mensuel brut du Smic, sur la base de 35 heures, atteint désormais 1466,62 euros.

 

 

La mutuelle d’entreprise désormais obligatoire pour tout le monde

 

Elle l’était pour les grandes entreprises mais pas pour les TPE et PME. Depuis le 1er janvier, tous les employeurs de France, entreprises ou associations, devront proposer à leurs salariés (qui n’en n’ont pas déjà) une mutuelle d’entreprise.  L’employeur doit toujours financer au moins 50% de la cotisation. Cette mutuelle vient compléter les garanties de bases de la Sécurité sociale.

 

 

Une indemnité pour les salariés venant au travail à vélo

 

On connaissait l’indemnité kilométrique pour les salariés utilisant leur voiture ou véhicule ; désormais les salariés cyclistes ont également droit à une indemnité kilométrique vélo (IKV) : le remboursement n’est pas conséquent (25 centimes par kilomètre, jusqu’à 200 euros par an), mais est exonéré d’impôt. L’employeur n’est cependant pas obligé de payer cette indemnité pour le moment.