Vous trouvez, vous gagnez !
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.
Accueil Blog TOP 7 des excuses pour justifier un retard au travail

Publié le 19 mars 2018

TOP 7 des excuses pour justifier un retard au travail

TOP 7 des excuses pour justifier un retard au travail

C'est la panique ! Le réveil a sonné plusieurs fois mais vous avez fait semblant de ne pas l’entendre. Résultat, vous êtes en retard. Une véritable course contre la montre s’engage, et bien évidemment, il vous faut trouver une excuse de dernière minute pour faire passer la pilule à votre boss.

On a donc réuni pour vous quelques motifs de retard qui pourront peut-être vous dépanner !

 

 

« Je suis malade, complétement malade… »

Avouons-le, on a tous déjà utilisé cette excuse étant plus jeunes pour faire l’école buissonnière, parce qu’on préférait jouer dehors avec les copains. C’est le moment de la dégainer de nouveau ! Après tout, personne ne pourra vous reprocher votre état de santé. Une petite migraine par ci, des maux de ventre par là, tout est bon pour faire croire monts et merveilles à votre supérieur en endossant le rôle du malade imaginaire.

 

« Mince alors, mon réveil n’a pas sonné ! »

Dans la catégorie « excuse la plus bidon de l’année », c’est certainement à elle que revient la palme d’or. Cette excuse, aussi ridicule soit-elle, n’en demeure pas moins un classique que beaucoup ont tendance à utiliser !

 

« Oh non, j’ai mal lu mon planning ! »

Autre solution : jouer la carte du collègue totalement à l’ouest prétextant une erreur de planning, et surtout en jouant la carte de l’ignorance et de l’incompréhension TO-TA-LE ! Arrivez au travail comme si de rien n’était et faites mine de ne pas comprendre les regards « dévisageurs » de vos collègues. N’hésitez pas à en rajouter, c’est LE moment de faire valoir vos talents de comédiens. « Ne me dites pas que je commençais à 8h ? » « Mais quel idiot je suis ! » « Pfff où avais-je la tête bon sang »… : un jeu d’acteur digne des plus grands.

 

« Le coup de la panne ! »

Mais bien sûr, le coup de la panne ! « J’étais tranquillement en train de rouler et voilà que ma voiture en a encore fait des siennes ». Un alibi plutôt plausible qui devrait vous sauver la mise.

 

« J’étais bloqué dans les bouchons, quelle galère ! »

Dans la même thématique des transports : les embouteillages. Et là, il n’y a rien à inventer à vrai dire, car tout le monde sait qu’en heure de pointe, la route devient très vite encombrée. De même pour le trafic des transports en commun qui lui aussi se retrouve très fréquemment perturbé pour X ou Y raisons. Et oui, ils ont bon dos les transports ! Crédibilité : 8/10 !

 

 « Pas trop envie d’en parler mais je t’expliquerai ... »

Plus simple encore, prétexter un problème d’ordre personnel ou familial, en arrivant avec une tête déconfite. Imposez la couleur : faites savoir que vous n’êtes pas d’humeur et qu’il ne faut pas vous adresser la parole pour le moment. Soyez-en sûr(e), personne ne viendra vous chercher des poux (sauf si vous avez ce collègue un peu curieux qui veut toujours tout savoir). Vous êtes tranquille pour la journée.

 

« Je ne veux pas travailler … »

Finalement, pourquoi faire compliquer quand on peut faire simple ? Allez-y au culot ! « Désolé(e) pour le retard, impossible de me lever ce matin ! » Premièrement, vous n’inventez pas de péripéties totalement farfelues et abracadabrantesques. Deuxièmement, vous êtes honnête, et on ne pourra pas vous le reprocher. Un peu de franchise ça fait parfois du bien !

 

 

Voilà une liste d’excuses crédibles (ou pas, on vous laisse juger) ! À utiliser avec modération bien sûr, au risque de vous retrouver à la porte. Mais pas de panique, vous pourrez toujours consulter nos offres d’emplois sur https://www.woozjob.com/fr/offres-emploi/.