Vous trouvez, vous gagnez !
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.
Accueil Blog Elevator Pitch : mode d’emploi pour faire forte impression !

Publié le 2 mai 2017

Elevator Pitch : mode d’emploi pour faire forte impression !

Elevator Pitch : mode d’emploi pour faire forte impression !

Imaginez … Vous venez de finir votre journée de travail, et prenez tranquillement l’ascenseur en pensant à ce que vous allez faire en rentrant chez vous. Les portes s’ouvrent et vous manquez de faire un malaise. Qui se trouve devant vous ? Le patron de l’entreprise de vos rêves, celle que vous cherchez à intégrer depuis longtemps, oui THE boss, que vous ne risquez pas de recroiser avant un bon moment ! Vous êtes paralysé(-e), il semble occupé (pochette sous le bras et téléphone à la main), mais impossible de laisser passer cette chance. Ni une, ni deux, vous vous jetez à l’eau et commencez un elevator pitch, digne d’un Steve Jobs, pour vous présenter. Félicitations, votre entrainement à ce délicat exercice de prise de parole vient peut-être de vous offrir un rendez-vous avec le boss.

Séance de rattrapage, Woozjob vous donne toutes les ficelles pour faire forte impression en quelques secondes !

 

Elevator pitch : qu’est-ce que c’est ?

 

A l’origine, le pitch était utilisé au cinéma par un scénariste qui devait convaincre, en un temps très court, une société de production, de lui donner des financements pour produire son film. Par extension, l’elevator pitch est devenu un argumentaire condensé qui vous permet de vous présenter en 30 secondes à 2 minutes maximum, le temps d'un trajet en ascenseur.

La clé pour le réussir ? Donner envie d'en savoir plus à votre interlocuteur, sans donner tous les détails de votre projet. L’idée est de lui faire comprendre facilement ce que vous faites en lui expliquant pourquoi votre projet vaut le coup, ou pourquoi il doit vous embaucher vous plus qu’un(-e) autre lors d’un entretien de recrutement par exemple. S’il est intéressé, c’est que vous vous êtes démarqué(-e) !

 

Pourquoi préparer son pitch ?

 

Ne l’oubliez pas, chaque nouvelle rencontre est source d’opportunités, que ce soit dans votre vie personnelle comme professionnelle : lors d’une conférence, d’un salon professionnel, d’un diner entre amis … ou dans un ascenseur !

En entretien d’embauche, vous ne passerez probablement pas à côté de la question « Pouvez-vous vous présenter ? ». Le moyen de le faire le plus efficacement possible est de vous entrainer au préalable en quelques secondes, et de vous tester devant votre entourage. Il faut que le recruteur puisse savoir rapidement qui vous êtes, vos principales compétences et la cohérence de votre projet professionnel par rapport au poste pour lequel vous postulez. Vous ne pourrez pas tout dire ! Sélectionnez donc les plus significatives ou celles qui parleront le plus au recruteur. 

 

Comment se présenter ?

 

Exercice périlleux s’il en est un, l’elevator pitch demande donc de la préparation et de l’entrainement. Il peut être construit sur le principe d’une histoire que vous allez dérouler avec votre interlocuteur. Pour vous aider, voici quelques étapes pour faire votre promotion en un temps limité.

 

  1. Qui êtes-vous ?

L’idéal est de briser la glace par une phrase d’accroche (fait d’actualité, anecdote, statistique …). Travaillez-la pour la connaître par cœur car c’est la première impression que vous donnerez à votre interlocuteur. Soyez créatif pour marquer son esprit en utilisant l’humour par exemple. Si le démarrage est bon, vous avez toutes les chances d’attirer son attention pour la suite. Poursuivez votre elevator pitch en donnant votre identité, votre entreprise et votre fonction au sein de cette dernière, ou le diplôme que vous préparez.

  1. Que faites-vous ?

Sans doute avez-vous beaucoup de projets en cours, mais prenez seulement ceux qui valoriseront le plus votre candidature par rapport à l’entreprise que vous envisagez d’intégrer. Pour que votre « histoire » ait un sens, donnez un fil conducteur à la description de vos expériences professionnelles. Vous pouvez également parler de votre cursus et des apprentissages théoriques que vous avez acquis.

  1. Que pouvez-vous offrir ?

Montrez, à travers votre parcours, que vous savez répondre à des besoins ou que vous proposez des solutions concrètes, en utilisant notamment des mots-clés qui parleront à votre interlocuteur. Cela fera automatiquement écho avec sa propre entreprise. Insistez sur les principales compétences que vos missions vous ont permis de développer et illustrez-les avec 1 ou 2 succès professionnels.

  1. Que voulez-vous ?

Vous devez maintenant exprimer clairement votre objectif professionnel : développer un nouveau projet, évoluer vers un nouveau poste à responsabilités … Montrez-vous déterminé(-e) et digne de confiance pour remplir cette mission.

  1. Concluez

C’est bientôt la fin de votre histoire, la dernière impression que vous laissez : elle doit donc être particulièrement soignée. Laissez la parole à votre interlocuteur en terminant par une question, pour lui donner l’envie de vous demander plus d’informations. Et n’oubliez pas de le remercier de vous avoir écouté avec votre plus beau sourire s'il-vous-plait.

 

Les astuces à connaître

 

  • Durant tout votre pitch, faites attention à vos gestes, car votre interlocuteur va forcément observer votre attitude. Elle doit être en accord avec vos propos. Regarder la/le dans les yeux, sans être trop insistant.

  • Ne transmettez qu’un seul et unique message, celui qui vous permettra d’atteindre votre objectif. Vous avez peu de temps et votre auditeur ne doit garder qu’une seule phrase à l’esprit.

  • Soyez créatif, le but étant de vous démarquer et que votre interlocuteur se souvienne de vous. Essayer notamment de susciter des émotions chez ce dernier : humour, nostalgie, surprise …

  • Enrichissez votre intervention d’exemples, d’anecdotes, de métaphores … Cela étayera votre discours et aura plus de chances d’être retenu.

 

 

Les erreurs à éviter

 

  • Réciter son texte par cœur et sans s’arrêter : pensez à bien articuler, faire des phrases courtes (on ne vous le répètera jamais assez), interagir avec votre interlocuteur. En 1 mot : transmettez-lui votre passion !

  • Noyer son pitch dans les détails : il faut absolument synthétiser votre discours pour ne pas que votre interlocuteur décroche. Soyez conscient que vous ne pourrez pas expliquer tout votre parcours de A à Z, alors allez à l’essentiel.

  • Utiliser un vocabulaire trop spécifique/technique : privilégiez un discours simple mais percutant. Le but n’est pas de lui réciter votre cahier des charges, mais de lui donner envie de vous rencontrer à nouveau.

  • Ne pas être sûr de soi : Vous vous êtes lancé, alors assumez-le. Si vous êtes trop timide, que tout votre corps montre que vous vous excusez de lui avoir adressé la parole, vous ne parviendrez jamais à le convaincre que votre elevator pitch mérite son attention.

 

Dans un elevator pitch, chaque seconde compte ! Et pour que votre interlocuteur se souvienne de vous, vous devez vous en tenir à l’essentiel : lui transmettre 1 message pour qu’il vous dise « Je veux en savoir plus ! ».