Vous trouvez, vous gagnez !
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.
Accueil Blog Rebondir après un refus : nos conseils anti-découragement

Publié le 27 mars 2017

Rebondir après un refus : nos conseils anti-découragement

Rebondir après un refus : nos conseils anti-découragement

« Nous sommes au regret de vous annoncer que votre candidature n’a pas été retenue pour le poste ». Nous sommes tous passés par l’étape du refus et légitimement par celle de la déception suite à un entretien de recrutement. Mais elle ne doit en aucun cas entamer votre énergie pour continuer vos recherches. Suivez ces quelques conseils pour apprendre de vos échecs et rebondir !

 

Faire le point sur sa candidature

 

Vous avez passé plusieurs entretiens mais vous n’avez pas de retours des recruteurs ? Il est important d’en connaitre les raisons pour rectifier le tir. Posez-vous alors la question : Mon CV est-il bien construit ? Mes compétences sont-elles correctement valorisées ? Ma lettre de motivation est-elle claire et personnalisée ? …

Privilégiez toujours la qualité et le ciblage de vos candidatures à la quantité. Pour cela, adaptez votre CV à l’offre avec un titre spécifique pour le poste visé par exemple. Montrez au recruteur qu’il s’inscrit dans une évolution logique dans votre carrière.

Pensez également à faire relire votre CV à votre entourage et à des professionnels du secteur d’activité de l’entreprise que vous souhaitez intégrer. Cela permettra d’éviter de possible fautes d’orthographe et d’avoir un autre regard constructif.

 

Apprendre de son échec en demandant un feedback

 

Si votre candidature n’a pas été retenue, l’idéal est de demander un feedback au recruteur sur votre « prestation » en entretien et les motifs du refus. Ces conseils vous permettront de faire preuve de professionnalisme et d’identifier vos axes d'amélioration pour progresser lors d’un prochain entretien.

Il s’agira peut-être d’un manque de préparation de l’entretien d’embauche. Dans ce cas, entrainez-vous à l’oral, et faites des simulations d’entretien avec vos proches. S’il vous manque des compétences par rapport au poste visé, peut-être faudra-t-il envisager une formation. Si votre comportement a déplu, c’est l’occasion de le savoir. Seule condition : accepter la « critique » !

 

Garder contact avec le recruteur

 

Un refus n’est jamais agréable, mais l’erreur à éviter serait de s’énerver ou d’être en colère. Soyez bien conscient que le recruteur ne prend pas sa décision contre un candidat, mais en faveur d’un autre, dont les compétences correspondent probablement plus aux besoins de l’entreprise. Le recruteur aura peut-être prévu de conserver votre CV pour d’éventuels autres postes à pourvoir dans son entreprise ou auprès de ses contacts. Et si le candidat sélectionné ne correspond pas aux attentes de l’entreprise, vous avez toutes vos chances !

Si l’entretien s’est bien passé et que vous avez tapé dans l’œil du recruteur, conservez bien ses coordonnées que vous pourrez ajouter à votre carnet d’adresses personnel, et qui vous servirons peut-être à l’avenir.

 

Relativiser

 

Dernier conseil mais non des moindres : RELATIVEZ ! Certes, vous n’avez pas été retenu, vous êtes sans doute déçu(e), mais n’en tirez pas de conclusions hâtives pour autant. Cela ne veut pas dire que vous n’avez pas les compétences requises pour le poste proposé, ni que vous n’avez pas réussi l’entretien. Vous êtes plusieurs dans la course, ne l’oubliez pas, et le recruteur a probablement défini des critères de sélection auxquels il ne dérogera pas, même si votre profil l’intéresse.

 

Il n’est facile pour personne d’essuyer les refus, surtout dans une période d’incertitudes. Ne baissez pas les bras, prenez du recul et positivez !